UOH - Psychométrie et Statistique en L1 - 5. Quantification de la variabilité
header_UOH header_UOHPSY
Accueil arrow Comprendre arrow Psychologie, statistique et psychométrie arrow 5. Quantification de la variabilité
5. Quantification de la variabilité Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 11
FaibleMeilleur 
Écrit par Éric Raufaste   
Index de l'article
1. Pourquoi quantifier le réel ?
2. Individus et populations
3. Variables, valeurs et modalités
4. La quantification en psychologie

Objectif. Introduire le vocabulaire technique de base (variable, modalités, individu, population,...) et l'idée de description formelle de caractéristiques observables. La quantification des relations sera traitée dans un autre article.

Prérequis. Leçon : variabilité due à l'erreur.

Résumé. Si la science consiste à construire des descriptions du réel, alors nous devons disposer d'un langage pour créer cette description. Le langage privilégié de la science est le langage logico-mathématique. Parmi tous les éléments de mathématiques, les nombres ont un statut privilégié. Dans cet article sont présentées les bases de l'attribution de nombres à des phénomènes réels, tels qu'on en rencontre en psychologie.


1. Pourquoi quantifier le réel ?

fractions.jpgNous l'avons vu dans les articles précédents, faire de la science consiste fondamentalement à produire un discours sur le réel. Ainsi définie, la science ne se distingue toutefois pas du langage ordinaire, au moins lorsque celui-ci s'applique à décrire la réalité. D'un autre côté, on sait bien que les livres de science comportent un mélange (savant, c'est le cas de le dire) de mots du langage ordinaire et de formules ésotériques dont la signification mystérieuse échappe au commun des mortels. Pourquoi les scientifiques s'embêtent-ils à apprendre et à utiliser un langage aussi compliqué ?

Certes, on pourrait imaginer qu'il s'agit uniquement des vestiges d'une époque révolue où les autorités ecclésiastiques protégeaient leurs prérogatives en se parant du mystère de la possession de la Connaissance. Mais cette explication est un peu courte. Une autre explication, plus naturelle, consiste à dire que la réalité est complexe et que, au fur et à mesure que les connaissances se développent, de nouveaux mots sont créés pour la décrire. Ainsi le langage d'une discipline s'enrichit-il progressivement au point de devenir inaccessible aux non-spécialistes. Certes. Cela ne fait aucun doute mais n'explique encore pas pourquoi les scientifiques s'évertuent à introduire des équations mathématiques et autres formalismes dans leurs discours... D'aucuns, surtout en psychologie, pourraient être tentés de prétendre que les mots devraient suffire, mais justement les mots ne suffisent pas. Les langages formels (mathématiques, langages informatiques...) sont plus complexes à apprendre car précisément ils ne nous sont pas naturels. Leur emploi oblige à une rigueur et une précision qui ne tolèrent pas cette ambiguité qui est paradoxalement un des avantages du langage naturel pour la communication sociale. Mais en retour, cette rigueur et cette précision réduisent le risque de construire des théories incohérentes, tandis qu'avec les constructions verbales en langage naturel, la puissance de la rhétorique autorise souvent des conclusions hasardeuses dont le caractère infondé passe inaperçu.

pensee.jpgPlus encore, une fois acceptées et maîtrisées les contraintes d'emploi du langage formel, ce dernier devient un outil de raisonnement qui permet d'aboutir ainsi à des conclusions qu'il aurait été tout simplement impossible d'atteindre au moyen de la seule intuition. Ainsi, si l'on parvient à quantifier un phénomène, on peut alors appliquer aux valeurs obtenues les règles de combinaison en vigueur dans l'univers des nombres pour prédire le comportement des phénomènes étudiés. Certaines de ces règles reposent sur des théorèmes sophistiqués et permettent ainsi à tout un chacun d'utiliser sans avoir à les redécouvrir des modes de pensée développés par quelques uns des plus grands penseurs de l'histoire de l'humanité. On peut aussi mécaniser les traitements (i.e., les informatiser) et parvenir ainsi à élaborer des résultats ou des prédictions tout simplement inaccessibles par la pensée naturelle.

 Nous allons maintenant explorer plus en détail les processus de quantification de la variabilité. Et pour cela nous allons devoir produire un certain nombre de définitions. 

  



Dernière mise à jour : ( 13-03-2012 )
 
< Article précédent   Article suivant >

Citation

Dans la rubrique "Poésie de copies d'examen"

... le test mental ne doit pas être vu, perçu par le sujet comme une réponse en soi. Ce doit être un moyen de rebondir.

Une étudiante de L3 
 

Sondage

Pour étudier la statistique et la psychométrie en L1, ce site est...
 
© 2021 UOH - Psychométrie et Statistique en L1
Joomla! est un logiciel libre distribu sous licence GNU/GPL.