UOH - Psychométrie et Statistique en L1 - Somme algébrique
header_UOH header_UOHPSY
Accueil arrow Rappels de maths arrow Somme algébrique
Somme algébrique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 7
FaibleMeilleur 
Écrit par Éric Raufaste   
Index de l'article
1. Somme simple
2. Somme double

Objectifs. Expliquer la construction et la signification de l'opérateur de sommation discrète, utilisé dans de très nombreuses formules de statistique et psychométrie.

Prérequis. Aucun.

Résumé. La somme simple est d'abord présentée puis ensuite l'extension à la somme double. 


 

1. La somme simple

Tout le monde connaît l'opération d'addition. Supposons que l'on souhaite calculer la somme des notes en poésie obtenues par les 35 élèves d'une classe en vue de calculer ensuite la moyenne de la classe.  Si l'on note Xi la note obtenue par le ième élève de la classe, cette somme pourrait naturellement s'écrire

Formula.

On dénote usuellement une somme d'éléments par la lettre grecque sigma majuscule : Formula. Cela nous donne donc la formule suivante :

Formula.

Mais imaginons qu'il y ait maintenant dix mille nombres à sommer, cette notation serait peu pratique. Une première idée consiste à imaginer que cette somme est une répétition de la même opération pour chacune des observations à sommer. Ainsi, pour chaque observation, j'ajoute à mon résultat intermédiaire la nouvelle valeur à ajouter et le résultat final est obtenu lorsque j'ai ajouté la dernière valeur. On peut alors désigner chaque élément à ajouter par un indice qui augmente progressivement de 1 en 1 en partant de 1, soit 1, 2, 3, etc. jusqu'à N, le nombre d'observations. Notons i un tel indice. On pourra dès lors dire que Σ  est la somme des nombres Xi pour i variant de 1 à N.

    Afin d'illustrer le propos, voyons ce que cela donne sur un exemple concret dans lequel on cherche à sommer les nombres de l'ensemble suivant {12 ; 15 ; 23}. On a donc trois nombres (N=3), X1, X2, X3, et on a X1 = 12; X2 = 15 et enfin X3 = 23. Je pars d'un total intermédiaire initialement à 0 et un indice i qui vaut initialement 1. La valeur corrrespondante est alors X1, soit 12. J'ajoute donc 12 à mon total intermédiaire qui vaut maintenant 0+12=12. Comme i est plus petit que N, j'augmente i qui passe à 2. La valeur corrrespondante est alors X2, soit 15. J'ajoute donc 15 à mon résultat intermédiaire qui vaut maintenant 15+12=27. Puisque i est encore plus petit que N, j'augmente i qui passe à 3. La valeur corrrespondante est alors X3, soit 23. J'ajoute donc 23 à mon précédent résultat intermédiaire qui passe donc maintenant à 27+23=50. Arrivé là, i est égal à N et donc j'ai fini toutes mes additions.

Finalement, on en arrive à écrire notre somme dans le cas général de la façon suivante : 

Formula.

Et l'on a

Formula.

Idee.jpgEn reprenant l'exemple précédent, le résultat est donc

                    Formula.

 

 

 

 



Dernière mise à jour : ( 06-01-2009 )
 
< Article précédent

Citation

C'est dans la nature des probabilités que des choses improbables surviennent.
Aristote
 

Sondage

© 2020 UOH - Psychométrie et Statistique en L1
Joomla! est un logiciel libre distribu sous licence GNU/GPL.